Archives par Tags: François Hollande

Hollande et la petite taille de Valbuena

François Hollande et Angela Merkel ont fait bonne figure, mercredi soir au Stade de France pendant le match amical France-Allemagne (remporté 2-1 par les Allemands). Une accolade au début du match, un peu d’enthousiasme mais sans exagération pour les buts de chaque équipe, une bise à la fin,… bref, les deux chefs d’Etat ont respecté le protocole.

Mais le Petit Journal de Canal + a retrouvé des images diffusées par la télé allemande pendant la rencontre. Et sur quelques plans de coupe, des images un peu plus croustillantes ressortent. Sur le but de Mathieu Valbuena, François Hollande semble s’étonner de la petite taille de l’attaquant marseillais. « Petit Vélo » (le surnom du Phocéen) appréciera…

Regardez la vidéo ci-dessous (à partir de 2’13) :

http://www.dailymotion.com/videoxxdldm

Publié en Non classé | Taggué , , , , , | 4 Commentaires

Taxe à 75% : le foot « doit être solidaire »

Au moment où Gérard Depardieu a choisi de rejoindre Bernard Arnault en Belgique pour payer moins d’impôts, Noël Le Graët, le président de la Fédération française de football (FFF), lui s’est prononcé en faveur des très hautes taxations et de la fameuse taxe à 75% (qui touche les personnes qui gagnent au-delà  d’un million d’euros par an). Une sortie plutôt courageuse à quelques jours de l’élection du futur président de la 3F et dans un contexte qui ne lui est pas favorable puisqu’une grande partie du foot professionnel est contre cette « taxe crampon ».

« Le pays est en difficulté. L’état propose un effort de deux ans à tous les contribuables qui ont les moyens. Je pense qu’il faut accepter d’être solidaire de la nation », a déclaré Noël Le Graët, président sortant de la FFF qui brigue un second mandat, dans les colonnes de L’Equipe jeudi matin.

Fidèles à ses valeurs de gauche

Pour ceux qui connaissent l’ancien maire socialiste de Guinguamp, cette petite phrase ne les étonnera pas. Mais au moment où l’impopularité du chef de l’Etat François Hollande ne cesse de s’accentuer, et face à des concurrents pour l’élection de la présidence de la FFF (comme Bernard Ponthieu) qui sont largement opposés à cette mesure, Noël Le Graët a fait preuve de courage politique.

Lors de la campagne présidentielle, cette fameuse taxe à 75% avait créé un tollé chez les footballeurs de Ligue 1. Selon Pascal Boniface, directeur de l’Institut de relations internationales et stratégiques, 150 footballeurs de l’élite seraient concernés par cette taxe. S’il était réélu à la tête de la FFF, Zlatan Ibrahimovic et les autres footballeurs millionnaires auront donc un appui en moins pour payer moins d’impôts…

Publié en Non classé | Taggué , , , , , , , , | 4 Commentaires

François Hollande, ce collectionneur

Si François Hollande n’avait pas été élu président de la République, il aurait aimé être un renard des surfaces. Quand il était jeune, il rêvait de flamber sur le front de l’attaque des Diables Rouges de Rouen. Si Nicolas Sarkozy était plus porté sur pédale, l’actuel locataire de l’Elysée, lui, préfère le ballon rond. Alors forcément, il est toujours content de recevoir un petit maillot en cadeau.

Mardi, François Hollande a fait un petit saut à Rennes pour le salon international de l’élevage. Un discours express histoire de présenter le futur « plan d’action » en faveur des agriculteurs, quelques poignées de mains et… et un cadeau. Le président du Stade Rennais, Frédéric de Saint-Sernin lui a remis un maillot de son équipe, floqué à son nom s’il vous plaît. Une tunique avec un beau 19 dans le dos, comme le numéro du département de la Corrèze.

Ce nouveau maillot ira très bien dans sa collection. En juin dernier, François Hollande avait reçu le maillot d’Arsenal. Quelques années plus tôt, il avait joué un match amical pour l’association France-Alzheimer.

En avril dernier, il n’avait pas caché ses préférences pour le petit club de Quevilly en finale de la Coupe de France. Difficile d’imaginer que les amateurs normands ne lui aient pas offert un short et un maillot. Reste maintenant à savoir où est-ce qu’il range sa collection à l’Elysée ?

Publié en Non classé | Taggué , , , , , , , | 2 Commentaires

Les politiques saluent Thierry Roland

La mort de Thierry Roland, célèbre voix du foot français, a même éclipsé la victoire (2-0) des Bleus contre l’Ukraine, à l’Euro. Après les larmes de son compère Jean-Michel Larqué, les réactions à la chaîne des acteurs du monde sportif, tout le monde a commenté la nouvelle. Tout le monde a voulu rendre un dernier hommage au plus connu des commentateurs sportifs, même la classe politique.

Thierry Roland a même eu le droit au communiqué officiel du président de la république. « C’est avec tristesse que j’apprends le décès de Thierry Roland », a expliqué le chef de l’Etat. « Je tiens à saluer la mémoire de ce grand commentateur sportif, reconnu par tous, qui a consacré toute sa vie, avec passion et talent, au football français ». Grand fan de sport, François Hollande a rendu hommage à celui qu’il écoutait quand il était plus jeune.

Thierry Roland aurait certainement été touché par ce message. Nous l’avons interviewé lors des élections présidentielles. Même s’il a voté pour Nicolas Sarkozy, il nous avait confié qu’il « aimait bien » le candidat socialiste. Et de poursuivre avec son humour habituel : « il est bien meilleur que son ex-femme. Il faut dire que ce n’est vraiment pas compliqué. Là, c’est peut-être mon côté misogyne qui ressort ».

Le FN en profite pour reparler de la peine de mort

La ministre des Sport, Valérie Fourneyron, a, elle aussi, rendu hommage à Thierry Roland. « Nous garderons l’image d’un homme populaire, qui exerçait son métier avec passion, avec compétence, avec sincérité et avec dévouement ». Via son compte Twitter, Roselyne Bachelot a aussi adressé un petit mot à la famille du journaliste sportif.

Par contre, le Front National a profité de cette tragédie pour passer un message sur la peine de mort. « Thierry Roland était aussi un esprit libre, patriote, qui n’hésitait pas à défendre des convictions bravant la pensée unique et le politiquement correct », a publié le parti, samedi dans un communiqué.  » Nul n’oubliera sa prise de position courageuse pour le rétablissement de la peine de mort » (en janvier 1997 dans une interview au quotidien Présent).

Pour les fans de Thierry Roland, un petit cadeau en bonus :

Image de prévisualisation YouTube

Publié en Non classé | Taggué , , , , , , , , , | Commentaires fermés

Klitschko se bat contre le boycott

2,02 m pour près de 100 kilos, aucun doute possible, Vitali Klitschko était fait pour la boxe. Un corps sculpté dans la pierre, des poings en acier et un crochet ravageur. Une carrure à la hauteur de ses ambitions. A 28 ans, il remporte son premier titre de champion du monde des poids lourds. Mais Vitali aime cogner aussi en-dehors des rings, dans l’arène politique.

A 41 ans passés, cet ancien garde du corps ne se défile jamais quand il faut relever un défi. En février dernier, « Dr. Ironfist » accepte de combattre contre le sulfureux britannique, Dereck Chisora. Lors de la pesée, son jeune adversaire (12 ans séparent les deux boxeurs) le gifle mais perd la rencontre, le lendemain sur décision des juges.

Chisora gifle Klitschko :

Image de prévisualisation YouTube

Sa carrière est tout simplement hallucinante. Vitali Klitschko est monté à 46 reprises sur le ring. Il s’est imposé 44 fois (dont 40 victoires par KO) pour simplement deux défaites.

Deux combats perdus en boxe comme en politique

Depuis six ans, Vitali a un autre objectif, la politique. « Je n’ai plus grand-chose à prouver ni à gagner dans le sport », a-t-il récemment expliqué. Ce nouveau sport ne lui a, pour l’instant, pas vraiment réussi. Il s’est présenté à deux reprises aux élections municipales de Kiev et n’a jamais été élu. Mais sa popularité grandissante et son acharnement à lutter contre le pouvoir en place en font l’un des favoris du prochain scrutin.

En octobre prochain, il conduira son parti, Udar (acronyme d’Alliance démocratique pour la réforme, mais aussi « coup » en ukrainien) pour les élections législatives. Mais pour l’heure, il se bat pour défendre la réputation de son pays. La semaine dernière, la France a déclaré qu’aucun membre du gouvernement ne se rendra en Ukraine pour l’Euro de football (8 juin-1er juillet) en raison du sort réservé à l’opposante et ex-Premier ministre, Ioulia Timochenko.

Le champion du monde de poids lourds a récemment demandé aux dirigeants politiques européens de ne pas boycotter la compétition. Dans ce combat, il peut aussi compter sur l’aide de son frère cadet, Wladimir, lui aussi champion de boxe (il détient les ceintures WBA, IBF et WBO). « Le seul boycott que je recommande est celui du président ukrainien », a-t-il averti. Car c’est bien Viktor Ianoukovitch le futur adversaire des frères Klitschko. Vitali ne rêve que d’une chose, devenir le premier président boxeur.

Publié en Non classé | Taggué , , , , , , , , , | 1 Commentaire

Cameron exulte, Merkel pleure

Ils étaient plus de 6 millions de téléspectateurs samedi soir devant TF1 pour regarder la finale de la Ligue des champions entre le Bayern Munich et Chelsea. De l’autre côté de l’Atlantique, les chefs d’Etat du G8 réunis à Camp David, n’ont pas loupé, eux non plus, une miette du match. Petite pause foot en plein milieu du G8 et petit moment de répit sauf pour… David Cameron et Angela Merkel.

Le Premier ministre britannique et la chancelière allemande étaient particulièrement tendus devant cette rencontre. Et pour cause, la finale de la C1 offrait une confrontation anglo-allemande (Bayern Munich VS Chelsea).

Un détail mais qui a son importance, aucun indice n’a filtré sur le menu de la finale. Sur la photo, impossible de dire si les membres du G8 ont regardé la finale en dégustant quelques pizzas quatre fromages et en buvant quelques bières. En guise de décoration dans la salle télé, juste un petit bouquet de fleurs pour faire joli.

Comme Robben et Drogba

Bon revenons au foot. Durant la séance de tirs au but, David Cameron et Angela Merkel ont dû ronger tous leurs ongles et invoquer les Dieux du foot. Une loterie qu’a vécu avec bien plus de détachement François Hollande. A la manière du petit nouveau dans une classe, il était un peu esseulé au premier rang. Dommage pour le président français qui est pourtant un grand amateur de football.

A la fin du match, Didier Drogba a offert à Chelsea sa première Coupe aux grandes oreilles. Un titre et deux visages. David Cameron, les bras levés et très souriant. Angela Merkel, le visage tendu, laissant entrevoir un soupçon de déception.

Mais comme Didier Drogba et Arjen Robben qui se sont enlacés à la fin du match, Merkel et Cameron sont de grands compétiteurs. Une petite accolade et on se remet au boulot !

Publié en Non classé | Taggué , , , , , , , , , , | 1 Commentaire

Les dossiers qui attendent Fourneyron

Le PS n’a pas décidé de copier l’UMP pour le choix du ministre des Sports. Pas question de prendre une personnalité publique à la David Douillet, comme l’avait choisi Nicolas Sarkozy. François Hollande et son Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, ont donc opté pour Valérie Fourneyron. Jeudi, elle devrait prendre le relais de l’ancien judoka dans la matinée et hériter de quelques gros dossiers.

La fameuse taxe à 75%. On va très rapidement voir si elle a les reins solides. Elle hérite de la petite bombe lâchée en pleine campagne par François Hollande. Encore candidat, il avait proposé de taxer à hauteur de 75% les revenus au-delà du million d’euros annuels. Un pavé jeté dans la mare qui a surtout éclaboussé le monde du foot. Certains sportifs sont inquiets, d’autres pensent même que les meilleurs éléments de Ligue 1 vont quitter le championnat de France. Attendue au tournant également par la droite, qui a juré pendant la campagne que François Hollande n’appliquerait jamais cette mesure, Valérie Fourneyron va connaître un bon premier test. Le mois dernier, elle nous avait confié qu’elle « appliquerait cette mesure dans la première année du mandat ».

Augmenter le budget. Nicolas Sarkozy avait promis en 2007 de passer le budget des sports à 3%. Avec 0,15% du budget global en fin de mandat, il a largement échoué. Qu’en sera-t-il du gouvernement socialiste ? Valérie Fourneyron devra se montrer ferme et exiger de son président un budget à la hauteur du ministère. En période de crise, le sport ne sera pas la priorité nationale, loin de là. Elle devra donc batailler pour arriver à ses fins.

Le sport, un nouveau médicament. Ancien médecin du sport, Valérie Fourneyron nous confiait encore il y a moins d’une semaine l’importance qu’elle accordait au sujet. « Mettre le sport non pas comme une activité choisie à titre privée mais comme un enjeu de société », expliquait-elle. « Le sport n’est pas qu’un loisir pour certains et des médailles pour les autres. C’est aussi un formidable outil de rassemblement ». Et dans cette optique, elle entend bien « prescrire » le sport. « Imaginez un médicament qui diminue les maladies cardio-vasculaires, qui limite les risques du vieillissement et le stress au travail et qui ne coûte rien à la sécurité sociale. On l’a, c’est le sport ! » La formule est prometteuse. Attendons quand même de voir les effets secondaires…

La retraite des sportifs. Assez rapidement, elle devra également prendre des mesures concrètes pour les sportifs de haut niveau. Pas uniquement pour les footballeurs, souvent très bien payés, mais surtout pour les autres, ceux qu’on voit moins et qui galèrent pour atteindre toutes leurs annuités. Entrepris par le gouvernement de Nicolas Sarkozy, Valérie Fourneyron devra donc récupérer ce dossier et faire en sorte de protéger davantage la retraite de nos sportifs.

Publié en Non classé | Taggué , , , , , , , , | 3 Commentaires

Le management selon Hollande et Blanc

Les deux présidents vont dévoiler une partie de leur liste mardi. François Hollande, tout d’abord, qui après avoir été investi, va donner le nom de son Premier ministre, puis des membres du gouvernement. De l’autre côté, Laurent Blanc, va devoir, lui aussi, trancher et indiquer les joueurs présélectionnés pour l’Euro 2012. Des choix difficiles et un management pas toujours évident.

Le plus gros problème. Choix cornélien que celui de nommer son futur Premier ministre. Si Jean-Marc Ayrault, le député-maire de Nantes, semble le mieux placé pour occuper ce poste, Laurent Fabius et surtout Martine Aubry n’ont pas dit leur dernier mot. De son côté, « Lolo » se pose aussi beaucoup de questions sur l’homme à qu’il va confier les clés du camion. Prendre ou ne pas prendre Yoann Gourcuff, cette décision doit le hanter depuis plusieurs semaines. Mais une chose est sûre : sur le perron de l’Elysée comme à Clairefontaine, ces choix donneront un signal fort au futur système de jeu.

Les incontournables. Heureusement qu’ils sont là, eux ! Ceux sur qui Hollande et Blanc peuvent compter sans trop se poser de questions. Leurs noms font toujours l’unanimité parmi les conseillers. Pour celui qui a remporté l’élection présidentielle il y a 10 jours, pas de souci pour Vincent Peillon (qui devrait récupérer le ministère de l’Education), ni pour Manuel Valls, son conseiller en communication pendant la campagne (qui se voit déjà à l’Intérieur) ou encore Michel Sapin (qui devrait hériter de Bercy). Après avoir pris Karim Benzema, Florent Malouda ou encore Franck Ribéry, Laurent Blanc devrait cette fois faire confiance aux tauliers des Bleus. Hugo Lloris, Steve Mandanda et Yann M’Vila.

Les amis récompensés. L’impartialité doit être le premier critère quand on occupe un poste aussi important. Mais difficile de ne pas penser à ses amis de toujours quand on arrive au pouvoir. Hollande devrait donc suivre cette logique et attribuer un petit quelque chose à Stéphane Le Foll (le lancer pour un beau poste au PS) et à Jean-Yves Le Drian (pressenti à la Défense). Au moment de donner les noms des présélectionnés, Laurent Blanc pensera certainement à Alou Diarra, mardi soir.

Les petits nouveaux. Là aussi, le procédé est souvent le même. On récompense les fidèles lieutenants, ceux qui ont bossé sans rechigner. « Aux serviteurs, la patrie reconnaissante » pourrait être la maxime de François Hollande et Laurent Blanc. Pour le premier, difficile de ne rien donner à Valérie Fourneyron, députée-maire de Rouen (pressenti aux Sports), Marisol Touraine (qui pourrait être nommée aux Affaires Sociales) ou Najat Vallaud-Belkacem. Du côté des Bleus, Olivier Giroud ou Mathieu Debuchy ont de grandes chances d’avoir leur nom sur l’affiche.

Ceux qui posent problème. « Sur les 15 premiers, tout le monde est d’accord. Les difficultés viennent avec les derniers ». Une phrase signée Raymond Domenech, sur son compte Twitter, qui résume parfaitement la situation. Lui aussi a bien connu cette expérience délicate et ces choix compliqués. Dans l’équipe de François Hollande, le cas Pierre Moscovici, directeur de campagne, n’est pas simple à régler. Secrétaire général de l’Elysée (trop petit pour lui visiblement), les Affaires étrangères, le pronostic n’est pas évident. Problématique différente concernant Cécile Duflot, première secrétaire des Verts, mais tout aussi difficile. Enfin, Arnaud Montebourg, qui a fait un très bon score à la primaire, n’est pas évident à traiter. A Clairefontaine, Laurent Blanc devra statuer sur le sort de Mathieu Valbuena, Loïc Rémy ou encore Marvin Martin.

Pas de surprise. Les deux présidents ont décidément de nombreux points communs. A priori, pas de Pascal Chibomda, d’invités surprise de dernière minute dans les deux listes du jour. Le changement, c’est maintenant. Pour trancher radicalement avec le style de leurs prédécesseurs (Sarkozy et Domenech) qui ont souvent fait des vagues, Hollande et Blanc devraient miser sur un groupe uni, rassemblé et sans trop de fortes têtes.

Publié en Non classé | Taggué , , , , , , , , | 1 Commentaire

Hollande a déjà porté le maillot d’Arsenal

Dans une autre vie, notre nouveau président aurait rêvé être l’avant-centre des Diables Rouges (pas l’équipe de Manchester United mais de… Rouen). Mais en bon communiquant, François Hollande est capable d’enfiler n’importe quel autre maillot pour les photographes. Depuis mardi, une vidéo circule sur le net où on le voit avec le maillot d’Arsenal.

Sur cette vidéo (qui date de juin 2011), on aperçoit le président de la République en pleine séance de tirs au but, avec Laurent Koscielny, l’arrière de l’équipe de France qui évolue à Arsenal. A l’époque, François Hollande, président du Conseil général de Corrèze avait invité le défenseur des Bleus, originaire de la région, pour une rencontre avec les jeunes footballeurs de Tulle.

Hollande plutôt gauche devant le but (à partir de 0’35) :

http://www.dailymotion.com/videoxjfzsz

Il adore le foot, ce n’est plus un secret pour personne. Espérons pour lui qu’il ait le temps de pratiquer un peu pendant son mandat. A en juger par ses deux shoots dans cette vidéo, le nouveau président est plus pieds carrés qu’ambidextre…

Publié en Non classé | Taggué , , , , , , , , , | 5 Commentaires

François Hollande fait peur à la Ligue 1

François Hollande est le nouveau président de la République. Ce changement inquiète déjà certains footballeurs. Préoccupés par le retour de la retraite à 60 ans ou par celui sur la réforme territoriale ? Pas vraiment… Non, les footeux, eux, sont visiblement très angoissés par la fameuse « taxe crampon » (qui prévoit d’imposer à 75% les salaires au-delà du million d’euros par an) qu’entend faire passer le nouveau président.

Aucun joueur n’a pris la parole après l’élection de François Hollande mais ce sont leurs agents qui s’en sont chargés. « Des joueurs m’ont appelé dès le résultat de l’élection pour me dire qu’il fallait se pencher sur leur avenir parce qu’ils n’envisagent pas d’être imposés à 75%, certains pensent déjà à partir », a prévenu sur RMC Christophe Hutteau, agent notamment de Mathieu Valbuena.

Pour rassurer ses protégés, ce businessman du foot évoque à demi-mot la possibilité d’une future cohabitation. « Je leur dis que la loi n’a pas été votée et qu’il faut attendre les législatives pour savoir s’il va pouvoir mettre en œuvre sa politique ». Si l’idée d’une victoire de l’UMP n’est pas écartée, elle semble tout de même peu probable. Et si la gauche obtient une majorité confortable à l’Assemblée, elle aura toutes les clés pour faire passer son programme.

Fourneyron très ferme sur le sujet

Il y a moins d’un mois, nous avions contacté Valérie Fourneyron, pressentie par beaucoup pour être la future ministre des Sports. Elle avait été très claire sur la « taxe crampon ». « Bien sûr, elle sera appliquée. Dans la première année de son mandat », avait même avancé la député-maire de Rouen.

Frédéric Guerra, lui aussi agent de joueurs de Ligue 1, a agité sur RMC le chiffon de l’exode des joueurs. « Il y aura très peu de joueurs étrangers qui viendront jouer en France. Ça risque d’affaiblir financièrement les clubs. Ça ne suffira pas aux joueurs de ne plus bénéficier que de 170 000 euros sur un million d’euros. Les clubs devront augmenter les salaires et je ne vois pas aujourd’hui quelle trésorerie leur permettra de le faire. Globalement, les portes à l’étranger sont ouvertes ».  Et si on perdait André-Pierre Gignac et Yoann Gourcuff ?

Publié en Non classé | Taggué , , , , , , , , , | 21 Commentaires

Hollande roule pour Quevilly

Samedi soir, François Hollande ne sera pas candidat mais supporter. Il a tenu à assister à la finale de la Coupe de France entre les amateurs de Quevilly et l’Olympique Lyonnais. Et dans cette confrontation, le candidat PS à la présidentielle a visiblement choisi son camp, ça sera Quevilly.

Natif de Rouen, François Hollande n’a pas choisi de rester neutre pour cette finale. Interrogé par Jacques Vendroux, directeur du service des sports de Radio France, François Hollande a affirmé qu’il supportera les Normands, samedi soir au Stade de France. Le petit pot de terre contre le petit pot de fer, l’histoire est belle, le choix facile. « Je suis pour Quevilly. Tant pis pour Gérard Collomb (maire de Lyon, ndlr), pour le club de Lyon que j’aime beaucoup, je suis pour Quevilly ».

« Tant pis pour Gérard Collomb et pour Lyon » (à partir de 22’50)

http://www.dailymotion.com/videoxqekdg

Sarkozy reste neutre

Invité de RTL vendredi matin, la question a bien évidemment été posée à Nicolas Sarkozy. Et pour la finale de la Coupe de France, Nicolas Sarkozy a choisi son habit de président.  « Je trouve que Quevilly a fait un match absolument extraordinaire contre Rennes », a-t-il expliqué. « Et en même temps, j’aime beaucoup Lyon depuis longtemps parce que je vais à Gerland, que je trouve que Monsieur Aulas a fait un travail absolument remarquable. Ce que j’espère surtout, c’est que ça sera un autre spectacle que la finale de la Coupe de la Ligue entre l’OM et l’OL ou c’était un peu la finale de la peur ». Neutralité oblige, Nicolas Sarkozy n’a pas choisi son camp. 

Publié en Non classé | Taggué , , , , , , , , | Commentaires fermés

Une équipe de 100 sportifs derrière Hollande

Prenez un sujet peu traité dans la campagne, le sport. Trouvez 100 soutiens avec quelques noms connus au milieu et présentez-les à 100 jours des Jeux Olympiques de Londres. Ajoutez l’ex-gendre de Jacques Chirac et ancien judoka, Thierry Rey, pour piloter ce comité et vous obtiendrez un coup de com’ parfait.

Révélés par le Parisien, ils sont 100 sportifs à soutenir François Hollande. Parmi eux, de nombreux handballeurs (Joël Abati, Bruno Martini, Patrick Cazal, Daniel Costantini, Vincent Gérard, Olivier Krumbholz) mais aussi des rugbymen (Pascal Papé, Serge Simon, Jean-Claude Skrela), des boxeurs, des patineurs, des kayakistes, des arbitres et même un vainqueur de Coupe de France de… water-polo. Un autre chiffre est avancé par le PS, 17 médaillés olympiques, 27 champions du monde.

De nombreux sportifs à la retraite

Au PS, on a clairement choisi son camp. « Il y a énormément de sports représentés », explique Pascal Bonnetain, le Monsieur Sport de la campagne de François Hollande. « Il n’y a pas uniquement des footeux. C’est la meilleure représentation possible du sport français ».

Pour le coup de com’, on ne boude donc pas son plaisir au QG du candidat PS. Mais en regardant la liste de plus près, quelques précisions s’imposent. La première qui saute aux yeux, c’est la présence de nombreux retraités dans cette liste. Plus de la moitié d’entre eux (oui, oui, j’ai compté) ont arrêté le haut niveau depuis un moment. Deuxième remarque, beaucoup de sportifs sont inconnus, même pour les incollables de sport capables de faire des nuits blanches devant du curling.

Des rugbymen mais pas de footballeur

Si le handball est le sport le mieux représenté, les rugbymen ne sont pas en reste avec la présence notamment de Pascal Papé, vice-champion du monde en octobre dernier avec les Bleus. Des rugbymen mais très peu de footballeurs (Abou Cissé, ancien joueur ivoirien, Patrick Revelli, Gilles Rampillon, Pape Diouf et Vikash Dhorasoo figurent dans la liste). Mais pas de Gignac, Gourcuff ou Ribéry. Bizarre, bizarre. Peut-être que la proposition de taxer à 75% les revenus supérieurs à un million d’euros par an les a dissuadés…

Et à en croire le PS, on n’aurait pas trop forcé la main pour avoir ces soutiens. « On n’a pas fait un fort lobbying, ce sont les sportifs qui sont venus vers nous », affirme Pascal Bonnetain qui a quand même glissé le nom de son fils dans la liste. Toujours est-il qu’à 5 jours du premier tour, cet appel des 100 tombe parfaitement.

>>> Retrouvez ici la liste des 100

Publié en Non classé | Taggué , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Commentaires

Hollande veut « prescrire » le sport

Deuxième match de la présidentielle à J-11. Après François Bayrou, c’est au tour d’un autre François, Hollande cette fois, d’enfiler son short. Tableau noir et schémas tactiques à l’appui, le candidat socialiste dévoile ses propositions pour le monde du sport.

Au mois de février, le candidat PS est l’invité de l’émission Paroles de candidat sur TF1. Ce jour-là, François Hollande joue vers l’avant et dégaine sa « taxe crampon » en proposant d’imposer les très hauts revenus (plus de un million d’euros par an) à hauteur de 75%. Seule réelle surprise (même Jérôme Cahuzac, responsable de la fiscalité de la campagne, interrogé une heure plus tard par Yves Calvi, est pris de court) dans sa campagne, cette proposition a été très extrêmement commenté dans le monde du foot.

« La taxe à 75% sera appliquée la première année »

Aucun regret sur cette sortie dans l’équipe de campagne du candidat PS, au contraire. « On les a bien remués », nous confie Valérie Fourneyron, responsable du pôle Sport de la campagne. A l’UMP, certains détracteurs ont tenté d’expliquer que, de toute manière, Hollande n’appliquerait jamais cette mesure s’il été élu. Alors, intox ou proposition concrète ? « Bien sûr, elle sera appliquée. Dans la première année de son mandat », avance même la député-maire de Rouen.

Bon, taxer les footeux qui gagnent beaucoup, ça, on a compris. Et sinon ? Premier constat, on a bossé sur le sport au PS. Pour preuve, c’est le seul candidat à avoir fait un meeting sur cette thématique, le 11 février dernier, à Créteil. Hollande a même pris devant un parterre de sportifs professionnels 30 engagements précis.

Le discours de François Hollande à Créteil :

http://www.dailymotion.com/videoxok2qf

Première proposition du candidat socialiste, « inscrire le sport de l’école à l’université ». Et des moyens sont déjà prévus : dans le cadre des 60.000 créations de postes dans l’éducation nationale, on n’oublie pas les professeurs d’EPS. Si vous n’avez pas encore fini vos études et que vous aimez le sport, ressortez votre vieux jogging, c’est reparti pour les tours de terrain, les parties de foot dans la cour des 4e et la découverte très étrange de l’acrogym.

Le PS veut aussi soutenir davantage le travail des associations dans le monde du sport. Là non plus, rien de révolutionnaire mais on sent un réel investissement. « Le sport n’est pas un luxe, c’est une nécessité », explique même Valérie Fourneyron.  Et de tacler au passage le gouvernement : « le sport a été méprisé pendant 5 ans. Pas moins de cinq ministres se sont succédé en cinq ans. Pire, Nicolas Sarkozy avait promis d’allouer 3% du budget de l’Etat au sport. Aujourd’hui, le budget est de 0,15% ».

Le sport, un bon médicament ?

François Hollande propose ensuite un meilleur « accompagnement des sportifs de haut niveau après leur fin de carrière ». Enfin, et c’est certainement sur ce point que le PS innove le plus, les socialistes veulent « développer la prescription du sport par les professionnels de santé ». Valérie Fourneyron, responsable du pôle Sport de la campagne, est convaincue sur ce point : « imaginez un médicament qui diminue les maladies cardio-vasculaires, qui limite les risques du vieillissement et le stress au travail et qui ne coûte rien à la sécurité sociale. On l’a, c’est le sport ! » Docteurs, à vos ordonnances.

Si le sport n’a pas été l’un des sujets fondamentaux de la campagne, le PS a quand même voulu mettre les formes. En dénichant des soutiens sportifs connus (ou un peu moins), comme Vikash Dhorasoo, Thierry Rey (ancien judoka et… ancien gendre de Jacques Chirac), Pape Diouf (ancien président de l’OM), Yannick Noah ou encore Thomas Bouhail (gymnaste), François Hollande s’est constitué une véritable équipe. Suffisant pour gagner le match ? Réponse le 22 avril et le 6 mai.

Publié en Non classé | Taggué , , , , , , , | 2 Commentaires

La « taxe crampon » ne fera pas partir Pastore

Javier Pastore est argentin mais s’il avait pu voter à la prochaine élection présidentielle, peut-être aurait-il glisser un bulletin François Hollande. Aucune certitude mais la star du PSG, achetée à prix d’or (42 millions d’euros l’été dernier), accepterait d’être taxé sur ses revenus à hauteur de 75%, comme le prévoit le candidat socialiste s’il est élu.

Dans une interview accordée au journal Le Monde, le meneur de jeu argentin a accepté de donner son avis sur cette mesure tant décriée par le monde du foot, il y a un peu plus d’un mois. « 75%! Je crois que c’est une folie. Mais si je dois payer, je paierai ». Car, précise-t-il, « nous devons nous montrer solidaires envers ceux qui souffrent et assumer notre statut ».

Un « gaucho » socialo ?

Avec un salaire mensuel de 350.000 euros, Javier Pastore est le footballeur le mieux payé en France. Un salaire faramineux qui ne semble pas lui faire perdre la tête. « Ce n’est pas l’argent qui me fait passer d’un club à un autre. Quand j’ai commencé ma carrière professionnelle en Argentine, j’ai touché deux mois de salaire en deux ans. Et cela ne m’a pas posé de problème, j’étais heureux comme ça ».

Pastore n’a rien du « Che Guevara du foot » mais il dit comprendre la polémique autour du salaire des joueurs professionnels. « Il y a beaucoup de pauvreté dans le monde, il y a des gens qui meurent de faim », a-t-il expliqué dans le même entretien.

Un soutien pour Hollande ?

Au PS, on jubile déjà et on pense même à contacter « el flaco » avant la fin de la campagne. « Ça valide ce qu’on pense », nous confie Brigitte Bourguignon, secrétaire nationale en charge des sports au PS. « Quand les choses sont expliquées correctement, les footballeurs montrent qu’eux aussi, peuvent faire preuve de solidarité ».

Publié en Non classé | Taggué , , , , , , , , , | Commentaires fermés

Candeloro patine sur la campagne

Pour les fans de patinage, Philippe Candeloro, c’est Lucky Luke sur des patins ou des saltos arrière pour assurer le spectacle. Même si vous n’êtes pas un inconditionnel de la valse des patins, vous connaissez forcément la gouaille et les grivoiseries du partenaire, à la télé, de Nelson Monfort. Quand il n’est pas sur la glace, Candeloro s’intéresse aussi à la politique. En 2007, il avait même soutenu Nicolas Sarkozy.

Aux côtés de Jean-Luc Crétier (ancien champion olympique de ski), de David Douillet, Bernard Laporte ou encore Christophe Dominici, Philippe Candeloro avait assisté au grand meeting de Bercy durant la première campagne présidentielle de Sarkozy. Cinq ans plus tard, il avoue à demi-mot quelques regrets. « Ça m’a porté préjudice. Quand la mairie de Colombes (banlieue parisienne) a changé de bord en 2008 (le socialiste Philippe Sarre a été élu), on ne m’a pas ouvert les portes de la même manière ». Du coup, l’ancien médaillé de bronze olympique préfère ne pas se prononcer.

« Hollande, j’ai du mal. C’est physique ! »

Il ne dira pas pour qui il votera mais étale sans trop d’état d’âme ses convictions politiques. « Homme de droite » et séduit par les « discours libéraux », Candeloro se laisse aller volontiers à un discours contre l’assistanat. « Il y en a pas mal qui profitent du système. J’en vois certains qui gagnent plus dans la rue que d’autres qui se lèvent tôt le matin ».

S’il ne veut pas dévoiler son vote au prochain scrutin, on devine assez facilement qu’il aime bien le président-candidat. « Je n’ai pas grand-chose à redire à son quinquennat. Quand il dit quelque chose, il le fait. Certes, il n’a pas pu mettre en place tout ce qu’il voulait mais ce n’est pas vraiment de sa faute, la crise est passée par là ». Un seul reproche peut-être sur le ministère des Sports. « En changeant de ministres à plusieurs reprises (10 au total, ndlr), c’est difficile de mettre en place une politique digne de ce nom », laisse échapper Candeloro.

Souvenirs, souvenirs…

Image de prévisualisation YouTube

Après sa carrière sportive, Philippe Candeloro s’est reconverti dans la télé et la téléréalité (La Ferme Célébrités ou Danse avec les Stars). A chaque fois qu’il est sur un plateau télé, il lâche une bonne grivoiserie. Sur la politique, Candeloro n’a pas non plus un discours trop formaté.

« Marine Le Pen dit des choses vraies »

Juste un mot sur les prétendants au titre pour la présidentielle. François Hollande : « c’est peut-être physique, mais j’ai du mal à accrocher. Il a quand même été très bien préparé pour cette campagne ». Mélenchon : « il est important dans la campagne, j’aime bien son côté rentre dedans ». Et Marine Le Pen : « elle souffre beaucoup de l’image de son père mais elle dit quand même des choses vraies ».

Ah, si, j’allais oublier. Difficile de parler avec Philippe Candeloro sans lui demander un petit mot sur son compère, Nelson Monfort. Alors, Philippe, il vote pour qui ? « Je n’en sais rien du tout. On ne parle jamais de politique. Il peut bien voter pour un tel ou un tel, j’en ai rien à caguer ! » Tout en finesse.

Publié en Non classé | Taggué , , , , , , , | 2 Commentaires