Rachida Dati en pince pour Lionel Messi

Non, Rachida Dati n’est pas comme tout le monde. Quand la plupart de ces dames craquent pour David Beckham, la candidate à la mairie de Paris en 2014, elle, en pince pour l’attaquant du FC Barcelone Lionel Messi. Dans une interview accordée à la version espagnole de Vanity Fair (et repéré par le Lab),  elle a même déclaré : « la seule raison pour laquelle je pourrais abandonner la politique serait que Leo Messi me demande en mariage ».

Rachida Dati ne manque pas d’humour dans cette interview. Jugez plutôt : « je ne suis pas Beckhamomaniaque. Je suis plutôt Leo Messi, il n’est pas beau mais il a un regard très intéressant et charismatique ». L’œillade très cocker anglais excité par la baballe émoustille la maire UMP du 7e arrondissement de Paris. Pourquoi pas ? A moins que ce soit le bling-bling des quatre Ballons d’Or de l’Argentin qui ne la fasse craquer…

Et si Messi la prenait au mot…

A en croire le dernier numéro de So Foot, Lionel Messi préfère pioncer que lire. Mais sait-on jamais. Si l’attaquant du Barça tombe sur un numéro de Vanity Fair et qu’il craque sur Rachida, de profil et en noir et blanc, essayons d’imaginer les conséquences. « Léo » laisse immédiatement femme et enfant pour vivre une idylle avec l’ex-protégée de Nicolas Sarkozy.

Après des premiers mois à faire des allers-retours entre Barcelone et Paris, Lionel Messi est usé. Il décide alors de venir jouer au PSG pour se rapprocher de sa douce. C’est en fin de compte Rachida Dati qu’il faudra remercier si le club de la capitale gagne sa première Ligue des champions…

Publié en Non classé | Taggué , , , , , , , | Commentaires fermés

Barack Obama ce jongleur

Barack Obama ne se défile jamais quand il s’agit de faire quelques jongles. Et même s’il est beaucoup plus à l’aise avec un ballon de basket qu’avec un ballon de foot, le président américain a assuré le show devant les caméras, mardi soir à la Maison Blanche.

Barack Obama recevait les footballeurs Los Angeles Galaxy et des hockeyeurs des Los Angeles Kings, mardi à Washington pour fêter leur titre de champions. A ce petit jeu, Obama est toujours très à l’aise. Un sourire, un jongle de la tête et le tour est joué.

Image de prévisualisation YouTube

Publié en Non classé | Taggué , , , , , , | Commentaires fermés

Sarkozy toujours supporter du PSG

Les sorties publiques de l’ancien président de la République se font rares. Mais Nicolas Sarkozy ne voulait pas manquer les grands débuts de David Beckham avec le PSG. Il était donc bien présent dimanche soir dans les tribunes du Parc des Princes pour le Clasico entre le club de la capitale et l’Olympique de Marseille.

Et si certains se demandent encore quel club supporte Nicolas Sarkozy, ne cherchez plus, il s’agit bien du PSG. Assis dans la tribune présidentielle aux côtés des dirigeants qataris, l’ancien président s’est levé pour le but contre son camp du Marseillais Nicolas Nkoulou. Venu avec son fils Jean, Sarkozy a également croisé quelques célébrités comme Jamel Debbouze ou Patrick Bruel.

Publié en Non classé | Taggué , , , , , | 3 Commentaires

Hollande et la petite taille de Valbuena

François Hollande et Angela Merkel ont fait bonne figure, mercredi soir au Stade de France pendant le match amical France-Allemagne (remporté 2-1 par les Allemands). Une accolade au début du match, un peu d’enthousiasme mais sans exagération pour les buts de chaque équipe, une bise à la fin,… bref, les deux chefs d’Etat ont respecté le protocole.

Mais le Petit Journal de Canal + a retrouvé des images diffusées par la télé allemande pendant la rencontre. Et sur quelques plans de coupe, des images un peu plus croustillantes ressortent. Sur le but de Mathieu Valbuena, François Hollande semble s’étonner de la petite taille de l’attaquant marseillais. « Petit Vélo » (le surnom du Phocéen) appréciera…

Regardez la vidéo ci-dessous (à partir de 2’13) :

http://www.dailymotion.com/videoxxdldm

Publié en Non classé | Taggué , , , , , | 4 Commentaires

Le PSG attire les politiques

Sur le terrain, la star c’est Zlatan. Tous les regards sont braqués sur lui, tous les week-ends au Parc des Princes. Mais dans les tribunes, c’est la surprise à chaque fois. Qui sera dans la fameuse tribune présidentielle ? Et depuis le début de la saison, des hommes politiques se mêlent souvent aux people. Dimanche soir pour PSG-Lyon (victoire 1-0 des Parisiens), l’ancien président de la République, Nicolas Sarkozy, était aux côtés de Nasser al-Khelaïfi, le président du PSG.

La semaine dernière, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault était lui aussi l’invité d’honneur au Parc des Princes pour PSG-Evian (un peu moins glamour, certes). Un ancien président et l’actuel Premier ministre en moins de huit jours, c’est plutôt rare, pour ne pas dire inédit. Mais pourquoi les hommes politiques se pressent tant au Parc ?

« Le Parc est redevenu the place to be »

Comme nous l’explique Vincent Chaudel, expert sport du cabinet Kurt Salmon, « le Qatar a la volonté de se créer une image sur la scène internationale à travers le sport ». En rachetant des clubs comme le PSG ou Malaga, en récupérant les droits TV de certaines compétitions, le pays montre qu’il existe autrement que par le pétrole ou par le gaz.

S’il est moins surprenant de voir Nicolas Sarkozy au Parc des Princes puisqu’il était déjà fan de foot et du PSG avant d’être président, il est plus étonnant de voir Jean-Marc Ayrault, aux côtés de Nasser al-Khelaïfi. Et en même temps, pas tant que ça…

« La France a des intérêts diplomatiques et économiques avec le Qatar (comme le projet de financement dans les banlieues). Si Nicolas Sarkozy a entretenu de bonnes relations avec cet émirat du Moyen-Orient, il est également intéressant pour le gouvernement socialiste de capitaliser sur cette bonne entente », explique l’économiste du sport Vincent Chaudel.

Et puis, le Parc est redevenu « the place to be ». « Au même titre qu’on peut apercevoir un homme politique dans les tribunes de Roland-Garros, on en apercevra de plus en plus à l’avenir au Parc des Princes », affirme Vincent Chaudel. Si l’argent des qataris n’y est pas étranger, les résultats du PSG y jouent aussi un peu. Quand le PSG faisait des vieux matches nuls contre des équipes de milieu de tableau, on ne voyait pas tout ce beau monde. Bizarre…

Publié en Non classé | Taggué , , , , , , , , , | 2 Commentaires

Taxe à 75% : le foot « doit être solidaire »

Au moment où Gérard Depardieu a choisi de rejoindre Bernard Arnault en Belgique pour payer moins d’impôts, Noël Le Graët, le président de la Fédération française de football (FFF), lui s’est prononcé en faveur des très hautes taxations et de la fameuse taxe à 75% (qui touche les personnes qui gagnent au-delà  d’un million d’euros par an). Une sortie plutôt courageuse à quelques jours de l’élection du futur président de la 3F et dans un contexte qui ne lui est pas favorable puisqu’une grande partie du foot professionnel est contre cette « taxe crampon ».

« Le pays est en difficulté. L’état propose un effort de deux ans à tous les contribuables qui ont les moyens. Je pense qu’il faut accepter d’être solidaire de la nation », a déclaré Noël Le Graët, président sortant de la FFF qui brigue un second mandat, dans les colonnes de L’Equipe jeudi matin.

Fidèles à ses valeurs de gauche

Pour ceux qui connaissent l’ancien maire socialiste de Guinguamp, cette petite phrase ne les étonnera pas. Mais au moment où l’impopularité du chef de l’Etat François Hollande ne cesse de s’accentuer, et face à des concurrents pour l’élection de la présidence de la FFF (comme Bernard Ponthieu) qui sont largement opposés à cette mesure, Noël Le Graët a fait preuve de courage politique.

Lors de la campagne présidentielle, cette fameuse taxe à 75% avait créé un tollé chez les footballeurs de Ligue 1. Selon Pascal Boniface, directeur de l’Institut de relations internationales et stratégiques, 150 footballeurs de l’élite seraient concernés par cette taxe. S’il était réélu à la tête de la FFF, Zlatan Ibrahimovic et les autres footballeurs millionnaires auront donc un appui en moins pour payer moins d’impôts…

Publié en Non classé | Taggué , , , , , , , , | 4 Commentaires

Le Barça, grand perdant de l’indépendance ?

Les indépendantistes n’ont pas obtenu le résultat escompté lors des élections régionales anticipées en Catalogne. L’un des perdants du scrutin est certainement le référendum pour l’indépendance de la région. Mais en évoquant une nouvelle fois l’indépendance de la Catalogne, le Barça a refait parler de lui. Et pour cause, « le Barça représente la Catalogne ». Ce n’est pas moi qui le dit mais Xavi, le très célèbre milieu de terrain des Blaugrana.

Si la Catalogne venait un jour à acquérir son indépendance, une question simple se pose : où jouerait le FC Barcelone ? Trois hypothèses se dégagent. Toutes mauvaises pour le club catalan.

1) Le Barça reversé dans un championnat catalan : les habitants de Figueres, Gérone, San Feliu de Guixols et même de Cadaquès rêvent déjà de voir débarquer Messi et ses petits copains dans leur stade municipal. Mais ils sont peut-être les seuls ! Cette Ligue catalane amuserait sans doute aussi quelques touristes de passage dans la région la première année, mais c’est tout. Autre problème de taille, le Barça ne pourrait pas conserver longtemps ses superstars payés à coups de millions. On n’imagine mal le Barça vendre très cher les droits TV de ces rencontres peu attractives. Même le défenseur du Barça Gérard Piqué, le plus indépendantiste des Blaugrana, quitterait bien vite le bercail. L’indépendance politico-économique serait donc une catastrophe sur le plan sportif.

Un hymne pour l’indépendance catalane lors du dernier Clasico :

Image de prévisualisation YouTube

2) Le Barça en Ligue 1 : c’est le maire de Barcelone, Xavier Trias, qui milite pour un Etat souverain catalan qui a lâché cette bombe, samedi dernier. « On peut adhérer à la Ligue espagnole ou peut-être à la Ligue française », a-t-il indiqué à la veille du scrutin. Alors calmez-vous tout de suite, les footix fans de Messi à Toulouse, Nancy et Brest. Je vous donne un scoop, le Barça ne jouera jamais en Ligue 1. « D’une part parce que le règlement de l’UEFA ne le permet pas directement, et d’autre part parce que la Ligue de Football Professionel (LFP) et la Fédération Française de Football (FFF) seraient réticentes », a expliqué Pascal Boniface à BFMTV. Tant pis pour les retrouvailles Messi-Ibrahimovic…

3) Le Barça en Liga : c’est bien évidemment l’hypothèse la plus probable. La Liga est une Ligue privée et ses dirigeants font ce qu’ils veulent. Et comme on n’imagine pas un championnat espagnol sans le grand rival du Real Madrid, il y a fort à parier que le FC Barcelone resterait en Liga en cas d’indépendance. Mais au risque de déplaire aux indépendantistes catalans, cette hypothèse est totalement incohérente. Comment expliquer qu’il ne faut plus participer aux efforts économiques d’une nation tout en participant encore à ses meilleurs loisirs ? Impensable.

Publié en Non classé | Taggué , , , , , , , , , | 7 Commentaires

Et si Chirac avait fait perdre les JO 2012 ?

Avec des si, Paris aurait peut-être eu les JO… C’est en tout cas ce que raconte Sebastian Coe, l’organisateur des Jeux olympiques de Londres dans un livre. Selon l’ancien athlète anglais, Jacques Chirac aurait été intimidé par Cherie Blair, l’épouse de l’ancien Premier ministre britannique Tony Blair, juste avant son discours. Petit incident, grandes conséquences ?

Dans un livre, dont le Times publie lundi des extraits, le président du comité d’organisation des JO de Londres rapporte qu’à l’occasion d’une réception cruciale en 2005 à Singapour Mme Blair a apostrophé Jacques Chirac sur ses commentaires sur la cuisine britannique.

« Vous ne pouvez pas vous fier à à un peuple qui cuisine aussi mal »

Cherie Blair a hurlé « comme un putois », provoquant le départ précipité du président français avant qu’il ait eu la possibilité de tenter de convaincre des responsables du CIO de voter en faveur de la candidature de Paris, selon Sebastian Coe. « Au dessus du brouhaha sa voix a résonné haut et fort. ‘D’après ce que j’ai compris, vous avez dit des choses grossières à propos de notre nourriture’, lui a-t-elle lancé. « Son mari, qui pouvait l’entendre aussi bien que moi, s’est opportunément éloigné », ajoute le double médaillé d’or olympique sur 1.500 mètres (1980 et 1984).

Delanoë l’a encore mauvaise :

http://www.dailymotion.com/videox3cfzw

Mais au fait, c’est quoi cette fameuse petite phrase prononcée ? « Vous ne pouvez pas vous fier à à un peuple qui cuisine aussi mal que ça », aurait lancé Chirac lors d’un sommet du G8 en Ecosse, devant le leader russe Vladimir Poutine et le chancelier allemand Gerhard Schroeder. Et de rajouter : « après la Finlande, c’est le pays qui possède la plus mauvaise nourriture ».

On ne saura jamais si cette petite phrase a changé la donne. Mais toujours est-il que Paris était favori avant cette réunion à Singapour. Et après le discours de Tony Blair et le blanc de Chirac, Londres l’a emporté sur le fil (54 voix à 50). Mais si…

Publié en Non classé | Taggué , , , , , , , , | Commentaires fermés

Le FN se demande si le PSG est français

Marine Le Pen a souvent critiqué les investissements financiers du Qatar en France. Cette fois, c’est son conseiller sport, Eric Domard, qui critique ouvertement le PSG, détenu depuis près de deux ans par un fonds d’investissement qatari. Dans un communiqué publié sur le site du Front National, il se demande même si le « PSG est encore un club français ».

« Le Paris-Saint Germain est-il encore un club français ou devient-il sous la férule de ses nouveaux dirigeants, un vecteur de l’entrisme de l’émirat islamique en France ? », écrit Eric Domard.

La version arabe du site du PSG ne plaît pas au FN

Le conseiller sport de Marine Le Pen regrette également que le président du PSG, Nasser Al Khelaifi (sur la photo entre Leonardo et Carlo  Ancelotti) propose une version arabe du site du club parisien. Il dénonce aussi la « la volonté exprimée dans les colonnes du quotidien algérien le Buteur de recruter des joueurs arabes ». Sur ce point, les derniers joueurs recrutés au mercato estival (Zlatan Ibrahimovic, Marco Verratti, Ezequiel Lavezzi entre autres) ne lui donnent pas franchement raison.

En tout cas, pour contrer « cette dérive communautaire », le FN propose d’instaurer « une nouvelle réglementation dans le processus d’acquisition des clubs sportifs qui doit imposer la présence d’investisseurs locaux à hauteur de 50% ».

Publié en Non classé | Taggué , , , , | 5 Commentaires

François Hollande, ce collectionneur

Si François Hollande n’avait pas été élu président de la République, il aurait aimé être un renard des surfaces. Quand il était jeune, il rêvait de flamber sur le front de l’attaque des Diables Rouges de Rouen. Si Nicolas Sarkozy était plus porté sur pédale, l’actuel locataire de l’Elysée, lui, préfère le ballon rond. Alors forcément, il est toujours content de recevoir un petit maillot en cadeau.

Mardi, François Hollande a fait un petit saut à Rennes pour le salon international de l’élevage. Un discours express histoire de présenter le futur « plan d’action » en faveur des agriculteurs, quelques poignées de mains et… et un cadeau. Le président du Stade Rennais, Frédéric de Saint-Sernin lui a remis un maillot de son équipe, floqué à son nom s’il vous plaît. Une tunique avec un beau 19 dans le dos, comme le numéro du département de la Corrèze.

Ce nouveau maillot ira très bien dans sa collection. En juin dernier, François Hollande avait reçu le maillot d’Arsenal. Quelques années plus tôt, il avait joué un match amical pour l’association France-Alzheimer.

En avril dernier, il n’avait pas caché ses préférences pour le petit club de Quevilly en finale de la Coupe de France. Difficile d’imaginer que les amateurs normands ne lui aient pas offert un short et un maillot. Reste maintenant à savoir où est-ce qu’il range sa collection à l’Elysée ?

Publié en Non classé | Taggué , , , , , , , | 2 Commentaires

Michael Jordan dunke pour Obama

Barack Obama est un fan de basket, ce n’est plus un secret pour personne. Durant son premier mandat, on l’a vu tenter quelques shoots à trois points devant les photographes. Et dans un pays ou le basket est l’un des sports les plus pratiqués, Obama a trouvé un coéquipier de taille pour sa deuxième campagne, Michael Jordan. Les deux hommes vont se retrouver mercredi à New York pour une soirée sur le thème du basket qui rapportera au moins deux millions de dollars à la campagne de réélection du président américain.

Obama sur le terrain ?

« Il y aura un dîner à 20.000 dollars par personne pour lequel nous avons vendu environ 120 couverts », a expliqué la  porte-parole du chef de l’Etat, Mme Psaki. Les deux autres événements sont une séance d’autographes à 250 dollars l’unité et un concours de paniers. On ne sait toujours pas en revanche si Obama, lui-même passionné de basket, sera avec Michael Jordan sur le terrain.

Début août, en révélant l’organisation de cet événement intitulé « Obama Classic », l’équipe de campagne avait annoncé les noms d’autres participants, dont la star des Knicks de New York Carmelo Anthony, l’ex-pivot de la même équipe Patrick Ewing, ou encore l’ancien joueur du Heat de Miami Alonzo Mourning.

Jordan, un big soutien

Misant sur la popularité de Michael Jordan, l’équipe de campagne du président américain avait aussi organisé une loterie avec une place au dîner de gala en jeu pour une donation de 3 dollars. Aujourd’hui âgé de 49 ans, Michael Jordan est considéré comme le meilleur basketteur de l’histoire et, avec un palmarès étincelant, comme l’un des plus grands sportifs de tous les temps. Il a été six fois champion NBA avec les Bulls de Chicago (le fief politique de M. Obama), cinq fois meilleur joueur de la Ligue, 14 fois All-Star et deux fois médaillé d’or olympique (1984 et 1992).

Coïncidence, Jordan est aussi actionnaire majoritaire de l’équipe des Bobcats de Charlotte (Caroline du Nord) où Obama sera formellement… investi le 6 septembre comme candidat de son parti à la présidentielle.

Publié en Non classé | Taggué , , , , , , , , , , | Commentaires fermés

Les politiques saluent Thierry Roland

La mort de Thierry Roland, célèbre voix du foot français, a même éclipsé la victoire (2-0) des Bleus contre l’Ukraine, à l’Euro. Après les larmes de son compère Jean-Michel Larqué, les réactions à la chaîne des acteurs du monde sportif, tout le monde a commenté la nouvelle. Tout le monde a voulu rendre un dernier hommage au plus connu des commentateurs sportifs, même la classe politique.

Thierry Roland a même eu le droit au communiqué officiel du président de la république. « C’est avec tristesse que j’apprends le décès de Thierry Roland », a expliqué le chef de l’Etat. « Je tiens à saluer la mémoire de ce grand commentateur sportif, reconnu par tous, qui a consacré toute sa vie, avec passion et talent, au football français ». Grand fan de sport, François Hollande a rendu hommage à celui qu’il écoutait quand il était plus jeune.

Thierry Roland aurait certainement été touché par ce message. Nous l’avons interviewé lors des élections présidentielles. Même s’il a voté pour Nicolas Sarkozy, il nous avait confié qu’il « aimait bien » le candidat socialiste. Et de poursuivre avec son humour habituel : « il est bien meilleur que son ex-femme. Il faut dire que ce n’est vraiment pas compliqué. Là, c’est peut-être mon côté misogyne qui ressort ».

Le FN en profite pour reparler de la peine de mort

La ministre des Sport, Valérie Fourneyron, a, elle aussi, rendu hommage à Thierry Roland. « Nous garderons l’image d’un homme populaire, qui exerçait son métier avec passion, avec compétence, avec sincérité et avec dévouement ». Via son compte Twitter, Roselyne Bachelot a aussi adressé un petit mot à la famille du journaliste sportif.

Par contre, le Front National a profité de cette tragédie pour passer un message sur la peine de mort. « Thierry Roland était aussi un esprit libre, patriote, qui n’hésitait pas à défendre des convictions bravant la pensée unique et le politiquement correct », a publié le parti, samedi dans un communiqué.  » Nul n’oubliera sa prise de position courageuse pour le rétablissement de la peine de mort » (en janvier 1997 dans une interview au quotidien Présent).

Pour les fans de Thierry Roland, un petit cadeau en bonus :

Image de prévisualisation YouTube

Publié en Non classé | Taggué , , , , , , , , , | Commentaires fermés

Klitschko se bat contre le boycott

2,02 m pour près de 100 kilos, aucun doute possible, Vitali Klitschko était fait pour la boxe. Un corps sculpté dans la pierre, des poings en acier et un crochet ravageur. Une carrure à la hauteur de ses ambitions. A 28 ans, il remporte son premier titre de champion du monde des poids lourds. Mais Vitali aime cogner aussi en-dehors des rings, dans l’arène politique.

A 41 ans passés, cet ancien garde du corps ne se défile jamais quand il faut relever un défi. En février dernier, « Dr. Ironfist » accepte de combattre contre le sulfureux britannique, Dereck Chisora. Lors de la pesée, son jeune adversaire (12 ans séparent les deux boxeurs) le gifle mais perd la rencontre, le lendemain sur décision des juges.

Chisora gifle Klitschko :

Image de prévisualisation YouTube

Sa carrière est tout simplement hallucinante. Vitali Klitschko est monté à 46 reprises sur le ring. Il s’est imposé 44 fois (dont 40 victoires par KO) pour simplement deux défaites.

Deux combats perdus en boxe comme en politique

Depuis six ans, Vitali a un autre objectif, la politique. « Je n’ai plus grand-chose à prouver ni à gagner dans le sport », a-t-il récemment expliqué. Ce nouveau sport ne lui a, pour l’instant, pas vraiment réussi. Il s’est présenté à deux reprises aux élections municipales de Kiev et n’a jamais été élu. Mais sa popularité grandissante et son acharnement à lutter contre le pouvoir en place en font l’un des favoris du prochain scrutin.

En octobre prochain, il conduira son parti, Udar (acronyme d’Alliance démocratique pour la réforme, mais aussi « coup » en ukrainien) pour les élections législatives. Mais pour l’heure, il se bat pour défendre la réputation de son pays. La semaine dernière, la France a déclaré qu’aucun membre du gouvernement ne se rendra en Ukraine pour l’Euro de football (8 juin-1er juillet) en raison du sort réservé à l’opposante et ex-Premier ministre, Ioulia Timochenko.

Le champion du monde de poids lourds a récemment demandé aux dirigeants politiques européens de ne pas boycotter la compétition. Dans ce combat, il peut aussi compter sur l’aide de son frère cadet, Wladimir, lui aussi champion de boxe (il détient les ceintures WBA, IBF et WBO). « Le seul boycott que je recommande est celui du président ukrainien », a-t-il averti. Car c’est bien Viktor Ianoukovitch le futur adversaire des frères Klitschko. Vitali ne rêve que d’une chose, devenir le premier président boxeur.

Publié en Non classé | Taggué , , , , , , , , , | 1 Commentaire

Cameron exulte, Merkel pleure

Ils étaient plus de 6 millions de téléspectateurs samedi soir devant TF1 pour regarder la finale de la Ligue des champions entre le Bayern Munich et Chelsea. De l’autre côté de l’Atlantique, les chefs d’Etat du G8 réunis à Camp David, n’ont pas loupé, eux non plus, une miette du match. Petite pause foot en plein milieu du G8 et petit moment de répit sauf pour… David Cameron et Angela Merkel.

Le Premier ministre britannique et la chancelière allemande étaient particulièrement tendus devant cette rencontre. Et pour cause, la finale de la C1 offrait une confrontation anglo-allemande (Bayern Munich VS Chelsea).

Un détail mais qui a son importance, aucun indice n’a filtré sur le menu de la finale. Sur la photo, impossible de dire si les membres du G8 ont regardé la finale en dégustant quelques pizzas quatre fromages et en buvant quelques bières. En guise de décoration dans la salle télé, juste un petit bouquet de fleurs pour faire joli.

Comme Robben et Drogba

Bon revenons au foot. Durant la séance de tirs au but, David Cameron et Angela Merkel ont dû ronger tous leurs ongles et invoquer les Dieux du foot. Une loterie qu’a vécu avec bien plus de détachement François Hollande. A la manière du petit nouveau dans une classe, il était un peu esseulé au premier rang. Dommage pour le président français qui est pourtant un grand amateur de football.

A la fin du match, Didier Drogba a offert à Chelsea sa première Coupe aux grandes oreilles. Un titre et deux visages. David Cameron, les bras levés et très souriant. Angela Merkel, le visage tendu, laissant entrevoir un soupçon de déception.

Mais comme Didier Drogba et Arjen Robben qui se sont enlacés à la fin du match, Merkel et Cameron sont de grands compétiteurs. Une petite accolade et on se remet au boulot !

Publié en Non classé | Taggué , , , , , , , , , , | 1 Commentaire

Les dossiers qui attendent Fourneyron

Le PS n’a pas décidé de copier l’UMP pour le choix du ministre des Sports. Pas question de prendre une personnalité publique à la David Douillet, comme l’avait choisi Nicolas Sarkozy. François Hollande et son Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, ont donc opté pour Valérie Fourneyron. Jeudi, elle devrait prendre le relais de l’ancien judoka dans la matinée et hériter de quelques gros dossiers.

La fameuse taxe à 75%. On va très rapidement voir si elle a les reins solides. Elle hérite de la petite bombe lâchée en pleine campagne par François Hollande. Encore candidat, il avait proposé de taxer à hauteur de 75% les revenus au-delà du million d’euros annuels. Un pavé jeté dans la mare qui a surtout éclaboussé le monde du foot. Certains sportifs sont inquiets, d’autres pensent même que les meilleurs éléments de Ligue 1 vont quitter le championnat de France. Attendue au tournant également par la droite, qui a juré pendant la campagne que François Hollande n’appliquerait jamais cette mesure, Valérie Fourneyron va connaître un bon premier test. Le mois dernier, elle nous avait confié qu’elle « appliquerait cette mesure dans la première année du mandat ».

Augmenter le budget. Nicolas Sarkozy avait promis en 2007 de passer le budget des sports à 3%. Avec 0,15% du budget global en fin de mandat, il a largement échoué. Qu’en sera-t-il du gouvernement socialiste ? Valérie Fourneyron devra se montrer ferme et exiger de son président un budget à la hauteur du ministère. En période de crise, le sport ne sera pas la priorité nationale, loin de là. Elle devra donc batailler pour arriver à ses fins.

Le sport, un nouveau médicament. Ancien médecin du sport, Valérie Fourneyron nous confiait encore il y a moins d’une semaine l’importance qu’elle accordait au sujet. « Mettre le sport non pas comme une activité choisie à titre privée mais comme un enjeu de société », expliquait-elle. « Le sport n’est pas qu’un loisir pour certains et des médailles pour les autres. C’est aussi un formidable outil de rassemblement ». Et dans cette optique, elle entend bien « prescrire » le sport. « Imaginez un médicament qui diminue les maladies cardio-vasculaires, qui limite les risques du vieillissement et le stress au travail et qui ne coûte rien à la sécurité sociale. On l’a, c’est le sport ! » La formule est prometteuse. Attendons quand même de voir les effets secondaires…

La retraite des sportifs. Assez rapidement, elle devra également prendre des mesures concrètes pour les sportifs de haut niveau. Pas uniquement pour les footballeurs, souvent très bien payés, mais surtout pour les autres, ceux qu’on voit moins et qui galèrent pour atteindre toutes leurs annuités. Entrepris par le gouvernement de Nicolas Sarkozy, Valérie Fourneyron devra donc récupérer ce dossier et faire en sorte de protéger davantage la retraite de nos sportifs.

Publié en Non classé | Taggué , , , , , , , , | 3 Commentaires